Brad Hamers


Art as a revolutionary tactic.

Brad Hamers 

The Cut-Ups of a Paper Woman
Label: Three Sides of a Circle (3SC)
Format: CD, Digital LP 
Country: USA
Released: Jan. 2005
Genre: Art-Hop, Abstract Hip Hop, Out-Spoken-Word

all lyrics by Brad Hamers
all music/production by Brad Hamers
except: trk 2 (part A) - produced by Nobs
trk 6 - produced by Just Like Us
trk 9 (part A) - produced by Nobs
trk 10 - produced by Slomoshun
all songs mixed & mastered by Slomoshun
recorded at The Fish Bowl studio - Newburgh, NY)
album art by Jennifer Griffo
album layout and design by Brad Hamers


Now considered an underground abstract hip-hop classic, especially in Europe, The Cut-Ups of a Paper Woman was originally set for release in 2004.  Two years after Phlegm’s full length album debut, Brad Hamers returned with his first Solo album, which Brad produced almost entirely by himself. Created in just over a year after Brad bought his first
MPC2000xl in 2003, The Cut-Ups is an intimate expedition through Brad’s  22 year old mind. The album is a somber and personal portrait full of  stream of consciousness rants and tangible heartache.  

“The Cut-Ups Of A Paper Woman is a classic album, and not only in the independent / abstract rap world”.  - Mism Records (Switzerland)

Appeared as #22 on the French publication FakeForReal.net’s Top 150 Essential Indie Hip Hop Albums of all time....
“A few years before, Anticon had opened a highway to white MCs, interested in the most intimate and artsy side of rap. But Brad Hamers would be the one exploring it until its very end, first with Phlegm, then with Two Ton Sloth, or as a solo artist, like with this album, all about confessions and poetry. This was full of pathos; but still, Brad Hamers' formula was outstandingly magnificent, and totally convincing.”





READ LYRICS, PURCHASE CD or DOWNLOAD at BRAD HAMERS’ BANDCAMP...CLICK HERE




(Video of Brad & Big Pauper performing a live version of Mechanical...and Stuck ina Downpour as a part of their Two Ton Sloth set while on the Battery Operated Martyr Tour of Europe in 2007.  Shot in Chemnitz, Germany)

Press:

Review from Trip-Hop .NET: (translated from French to English):

Rating: 4 (out of 5)

It is in front of the resurgence of coms and messages concerning Brad Hamers that I decide to unearth the marvelous Cut-Ups of a Paper Woman (very relative resurgence in front of the surging facebook, we agree). But still. Brad Hamers makes an impression, even here on a site stamped trip-hop, and I could not miss it. Because if Brad Hamers is generally labeled alt rap, however he never really tried to release a rap album or to surf on any trend. He certainly grew up bathed in this hip hop culture, but what matters to him are words, texts and the possibility of expressing them. Whether under the names Two Ton Sloth, Phlegm, Dust on Snow or in his own name, Brad Hamers produces atypical music, which transcends genres and which is suddenly just as timeless. Let it be clear however: it is by recalling that he succeeds, even if in a deeply intimate mode and on a rather minimalist musical accompaniment. I did not ask myself very long the question of the choice of the album, among this largely underground production: we had already mentioned the recent Dust on Snow in these pages, let's go back in time with The Cut-Ups of a Paper Woman , which remains one of my all time favorites.

If on the previous opus released under the name of Phlegm , Brad had joined Slomoshun in the prod, The Cut-Ups of a Paper Woman is his first real solo album. Released in early 2005 in an almost total marginality. Carefully mixing slow rhythms, acoustic guitar, trumpet and keyboard keys, to accompany these dense texts where it is a question of doubts and introspection, loneliness and wandering, declaimed in a mode close to spoken words. Few ingredients therefore to highlight these personal texts, just enough to carry them gently, with alchemy, in a downtempo mode of infinite sadness that sucks you in and gives you back its spleen. With the help of selected words expressing personal injuries, anxieties or memories, often metaphorical or even surreal, a way of veiling-revealing what can be so difficult - and suddenly so beautiful - to say. I have a lot of admiration for this talent: to manage to say, to bring out the darkest and the most lonely of yourself, while leaving a part of imagination and free interpretation.

Witness Half World : "maybe the man who straightens his tie before he shoots himself in the head, the big blind date with death i hope she's heavenly" .. But I had decided to cite no title as I also love I play Dead : "i played dead and she bought two tickets to see the performance",Pickpocketed Memory Clip : "waiting for the phone call, waiting for the rain to stop, waiting for my friends to come, waiting for the funny part, waiting for the paycheck, waiting for the opportunity, waiting for the day to end ", Loose Brain Thread :" leave me and my breathing machine out of this half made robots ... when i grow up i want to be a decomposing corpse the centerpiece at brunch". Absurdity, death, waiting. In short, impossible to make a choice. The whole album is overwhelming.

The Cut-Ups of a Paper Woman is to listen and acquire on his bandcamp . I advise you not to take a distracted ear, quickly, out of curiosity. It would be unworthy and inappropriate. You will find the full lyrics there and even if the rest of us, poor francophones, do not always understand everything. Believe me, take the time, ask yourself, let yourself soak up. Loneliness and drift, if they have been yours at one time or another, will speak to you. Then do not come to ask me why so little recognition for so much talent: I agree, the texts of Brad Hamers , sober, strong, beautiful, should be on the official program of any literary course. One day who knows!

(French):
“C'est devant la recrudescence de coms et de messages concernant Brad Hamers que je me décide à déterrer le merveilleux Cut-Ups of a Paper Woman (recrudescence toute relative face à la déferlante facebook, on est bien d'accord). Mais quand même. Brad Hamers marque les esprits, même ici sur un site estampillé trip-hop, et je ne pouvais pas passer à côté. Car si Brad Hamers est généralement étiqueté alt rap, pour autant il n'a jamais vraiment cherché à sortir un album de rap ni à surfer sur une quelconque tendance. Il a certes grandi baigné de cette culture hip hop, mais ce qui lui importe, ce sont les mots, les textes et la possibilité de les exprimer. Que ce soit sous les appellations Two Ton Sloth, Phlegm, Dust on Snow ou en son nom propre, Brad Hamers produit une musique atypique, qui transcende les genres et qui pour le coup, est tout aussi intemporelle. Que ce soit clair pourtant : c'est en rappant qu'il y parvient, même si sur un mode profondément intimiste et sur un accompagnement musical plutôt minimaliste. Je ne me suis pas posée bien longtemps la question du choix de l'album, parmi cette production largement underground: on avait déjà évoqué le récent Dust on Snow dans ces pages, remontons le temps avec The Cut-Ups of a Paper Woman, qui reste un de mes all time favorites.

Si sur le précédent opus sorti sous le nom de Phlegm, Brad s'était adjoint Slomoshun à la prod, The Cut-Ups of a Paper Woman est son premier véritable album solo. Sorti début 2005 dans une marginalité quasi totale.. Mêlant avec soin rythmes lents, guitare acoustique, touches de trompette et de claviers, pour accompagner ces textes denses où il est question de doutes et d'introspection, de solitude et d'errances, déclamés sur un mode proche du spoken words. Peu d'ingrédients donc pour mettre en avant ces textes personnels, juste de quoi les porter doucement, avec alchimie, sur un mode downtempo d'une tristesse infinie qui vous aspire et vous refile son spleen. A l'aide de mots choisis exprimant blessures personnelles, angoisses ou souvenirs, souvent métaphoriques voire surréalistes, une façon de voiler-dévoiler ce qui peut être si difficile - et pour le coup si beau - à dire. J'ai beaucoup d'admiration pour ce talent : parvenir à dire, à sortir le plus sombre et le plus solitaire de soi, tout en laissant une part d'imaginaire et de libre interprétation.

Témoin Half World: "maybe the man who straightens his tie before he shoots himself in the head, the big blind date with death i hope she's heavenly".. Mais j'avais décidé de ne citer aucun titre tant j'aime aussi I play Dead: "i played dead and she bought two tickets to see the performance", Pickpocketed Memory Clip: "waiting for the phone call, waiting for the rain to stop, waiting for my friends to come, waiting for the funny part, waiting for the paycheck, waiting for the opportunity, waiting for the day to end", Loose Brain Thread: "leave me and my breathing machine out of this half made robots... when i grow up i want to be a decomposing corpse the centerpiece at brunch". L'absurdité, la mort, l'attente. Bref, impossible de faire un choix. L'album entier est bouleversant.

The Cut-Ups of a Paper Woman est à écouter et acquérir sur son bandcamp. Je vous conseille de ne pas y jeter une oreille distraite, vite fait, par curiosité. Ce serait indigne, et inapproprié. Vous y trouverez les lyrics complets et même si nous autres, pauvres francophones, n'y comprenons pas toujours tout.. Croyez moi, prenez le temps, posez vous, laissez vous imprégner. La solitude et la dérive, si elles ont été vôtres à un moment ou à un autre, vous parleront. Ne venez pas ensuite me demander pourquoi si peu de reconnaissance envers tant de talent : je suis d'accord, les textes de Brad Hamers, sobres, forts, beaux, devraient être au programme officiel de tout cursus littéraire. Un jour qui sait !“

----------------------------------

Hip Hop Core .NET (2005):  (French):

Rating: 4.5 (out 5)

“Avouons-le d'emblée: on aura mis du temps avant de se pencher réellement sur le premier album de Phlegm. Pourtant "one night stands with out of tune instruments in a room with blue wallpaper" méritait plus d'égard. Mais voilà. Peut-être était-ce son titre à rallonge, peut-être était-ce l'anonymat de ses auteurs, peut-être était-ce encore son étrange artwork ou peut-être était-ce plus prosaïquement sa distribution très limitée... En tout cas, il nous aura fallu 2 ans pour réellement nous pencher sur le travail de Brad Hamers et Slomoshun. Mais il aura suffi de quelques écoutes pour entrevoir le potentiel du duo. On s'était donc juré d'être au rendez-vous pour la prochaine livraison de ce duo new-yorkais pas comme les autres. Comme prévu, cette livraison prend la forme d'un album solo de Brad au titre intrigant, sorti en début d'année dans la plus grande discrétion: "The Cut-Ups of a Paper Woman".

Là où Slomoshun produisait l'intégralité de l'album de Phlegm, Brad s'est occupé quasiment tout seul des productions de son premier jet solo. Et à vrai dire il se révèle particulièrement doué dans cet exercice, bien plus que son partenaire de Phlegm même. Minimalistes, intimistes mais jamais ennuyeuses, ses compositions savent occuper l'espace tout en laissant suffisamment de place aux silences. La formule est toujours la même, à peu de choses près. Pourtant, à chaque fois l'émotion naît et jamais la monotonie ne pointe le bout de son nez. Une guitare mélancolique, un clavier économe, une trompette crépusculaire, le craquement récurrent d'un vinyle vieillissant et toujours cette batterie vivante mais lancinante dont la tonalité n'a de cesse de changer. Les rythmiques battent souvent au ralenti, comme un cœur en hiver pris par le froid ou comme le ressac des vagues venant s'échouer irrémédiablement sur les récifs. Dès lors, et comme les amis proches (dont Nobs, auteur en 2004 du très réussi "Workin") qui lui donnent quelques coups de main à la production ont bien compris l'état d'esprit du maître de maison, les treize plages de "The Cut-Ups of a Paper Woman" sont comme autant de pièces froides de cette bâtisse vide et abandonnée dans laquelle semble errer Brad, la gorge serrée et la tête plein de souvenirs. "The jam session in my chest lost the drummer and all its sense of harmony […] I feel empty, a house without furniture" .

Tout au long de son album, Brad dévoile un univers poétique et très personnel, un monde intérieur tout en nuances et en fragilité. Avec beaucoup de subtilité et d'habileté, il explose toutes les traces de linéarité qui pouvaient persister dans les récits de "one night stands with out of tune instruments…" et joue avec les mots et les expressions pour peindre des tableaux étranges en forme de patchworks de la vie. Comme des fragments de pensées, ou plutôt comme des collages de vignettes et de saynètes bouleversantes, pleines d'images surréalistes, de double sens et de métaphores qui ne révèlent jamais totalement leur signification. "Cigarettes are clouds raining upwards / He cries everynight just to wash the dirt from the cracks" . Pas d'extravagance flowistique ici. La voix n'est jamais forcée, toujours naturelle, toujours claire, parfois murmurée. L'important est ailleurs; dans une émotion à fleur de peau et dans une certaine urgence de dire, de raconter mais aussi d'exorciser les démons du passé et du présent.

"Broken memories in some fucked-up repair shop" . Il y a ces obsessions qui se retrouvent un peu partout, comme des repères jalonnant le parcours de Brad: les bouts de papiers, les fleurs, les cercles, le métal, les murs décrépis, les amours déçues, la difficulté de tourner la page, les fuites d'eau… et la mort. La mort inéluctable et omniprésente à travers le souvenir de cette femme disparue qui hante chaque rime et chaque pensée. Brad sait retranscrire comme personne le quotidien morne des oubliés à la dérive, des cœurs brisés, de ceux qui traversent leur vie en spectateurs désintéressés et rêvent en silence d'autres horizons. "Living on fragments, slices of happiness, used and recycled notions" . Il connaît aussi la solitude de ceux qui abhorrent la médiocrité et la vacuité des relations modernes où les apparences et les sentiments feints ont pris le pas sur les émotions brutes. "We both wear the same smile until it gets too uncomfortable in public / Photocopied emotions pasted to blank expressions" . Du coup, au fur et à mesure que les titres défilent, il devient évident que Brad a franchi un cap. Transcendant la formule présentée sur le premier Phlegm, il parvient à en gommer les défauts (notamment en termes de production) pour en retirer l'essentiel et construire un album profondément juste.

"Your life's plastic and recyclable / Mine's already melted on the sidewalk" . Si le ciel du New-York dépeint par Brad Hamers est constamment gris et que Brad semble parfois avoir oublié la couleur du bonheur, l'hiver permanent qui entoure les textes de "The Cut-Ups of a Paper Woman" a quelque chose de magnifique et de magnétique. Depuis le Adeem de "Seconds Away", aucun artiste ne nous avait autant touché. Il y a des albums qui sonnent comme des révélations, des albums remplis d'émotion qui créent un lien presque charnel entre l'artiste et ses auditeurs, des albums qui s'imposent en quelques écoutes comme des passages incontournables. "The Cut-Ups of a Paper Woman" est de ceux-là.”

Best Cuts: 'half world'; 'mechanical… and stuck ina downpour'; 'loose brain thread'

-----------------------------------

FakeForReal .NET (2005):

(French):
“Slug, Sole, Alias, Sage Francis, Yoni Wolf... En introduisant massivement dans le hip-hop un ton confessionnel et des paroles d'écorchés vifs, tous ces gens et une poignée d'autres ont, avec plus ou moins de succès, ouvert la voie au rap de Blanc intimiste et arty. Mais celui qui, du fond du gouffre de l'underground hip-hop, est allé jusqu'au bout de la logique, c'est bel et bien Brad Hamers, de Phlegm.
Il y a trois ans, avec un album au titre interminable (One Night Stands with out of Tune Instruments in a Room with Blue Wallpaper), une pochette façon surréalisme à la Dali ou à la Tanguy, et de longs morceaux tristes et intimes, le duo new-yorkais Phlegm avait déjà livré la version la plus extrême de ce rap profondément personnel et fait tout entier d'états d'âme. L'album forçait à l'outrance sur le pathos, à coups de beats minimalistes et de tirades à n'en plus finir à mi-chemin entre poésie et psychothérapie. C'était trop, et pourtant, cela marchait, cela était beau, très touchant. Et désormais que nous avons tout le recul nécessaire, ce disque mérite sans difficulté d'être qualifié de mini-classique underground.

Qui plus est, deux ans plus tard, en 2004, le rappeur de Phlegm remettait ça pour un album solo aussi long que le précédent, mais produit par ses seuls soins, hormis des interventions ponctuelles de Nobs, des Australiens de Just Like Us et de Slomoshun, l'autre moitié du duo. Intitulé The Cut-Ups of a Paper Woman, ce disque s'est montré aussi excitant que le précédent, voire supérieur.

Brad Hamers y forçait plus que jamais sur l'affect. Rythmes appuyés, musique diaphane, samples ramollis, piano pesant, trompette jazzy lointaine et nostalgique, guitare sèche triste, bruits des vagues sur la plage ou de goutte d'eau qui tombe, lenteur, langueur, longueur : tout y suggérait l'introspection, la gravité, l'accablement. Quant aux paroles, récitées sur le mode du monologue intérieur, suite ininterrompue d'associations d'idées et de souvenirs, parsemée de citations de Don Delillo ou d'Alan Watts, elles ne faisaient qu'accentuer cette ambiance lourde. Il y était notamment question de relation amoureuse qui fout le camp, de naufrage personnel, de fuite dans l'écriture, d'envies de suicide, d'attente.

La musique de Brad Hamers est différente de ce que le commun entend par "hip-hop". Pourtant, elle appartient bel et bien à ce genre. Jamais, les instrumentations ne sont autre chose qu'une variation subtile sur une boucle, fut-elle de guitare acoustique plutôt que de funk. Pas à un seul instant, le MC ne fait autre chose que rapper, sur un ton déclamatoire à rapprocher du spoken word. Mais en même temps, cela est inédit, cela aboutit à des morceaux d'une beauté rarement entendue, si ce n'est chez soso et chez quelques marginaux rap de même acabit.

Ainsi le magnifique "Half World", suite de visions sur fond de guitare acoustique répétitive, dont les derniers mots ("file, save") laissent entendre qu'il s'agit d'un fichier informatique, avant qu'une voix et une note de synthé légères ne surgissent pour un finale d'anthologie. Ainsi également le superbe "Cliff Notes", vidage de sac avant chute finale au pied d'une falaise. Et que dire de "Pickpocketed Memory Clip", de "A Loose Brain Thread" et surtout de "One Bedroom Apt.", sinon qu'ils sont tout aussi somptueux ? Comme la quasi-totalité de l'album, l'un des tout meilleurs de 2004, un disque qu'il était plus que temps de mentionner ici. “

(English):
“Slug, Sole, Alias, Sage Francis, Yoni Wolf... By focusing their raps on intimate and confessional lyrics, all these artsy and hypersensitive White men, plus a few others, have been pioneers in a new kind of hip-hop. The one, however, who pushed this trend to its most extreme, was a certain Brad Hamers, from Phlegm.
In 2002, this duo from New York released a strange album with a long title: One Night Stands with out of Tune Instruments in a Room with Blue Wallpaper. It had an odd and surrealistic cover art inspired by the likes of Dali or Tanguy, and is was full of lengthy, sad and intimate songs. It was, actually, the most extreme version of this personal and introvert kind of music, post-Anticon indie rap had recently evolved into. The album was all made of pathos, minimalistic beats, and never-ending tirades, halfway between poetry and psychotherapy. It was definitely too much. And though, it worked. It was nice, and touching. And now, with the distance, it deserves to be considered, almost, as a hip-hop underground classic.

It wouldn't before 2004, though, that Phlegm's rapper would deliver his very best: a solo album, even longer than the previous one, and produced by him, apart from one-off contributions from the likes of Nobs, Australia's Just Like Us, and Slomoshun, the other half of Plegm. Named The Cut-Ups of a Paper Woman, this new record was at least as exciting of the previous one, if not frankly better.

Brad Hamers was more than ever playing with affect. His rhythms were ponderous, his music diaphanous, his samples soft, his piano grave, his trumpet jazzy, nostalgic and distant, and his guitar dry and sand. It was all slow, long and languid. It suggested gravity, or depression, especially when the beats included the sounds of falling rain drops, or waves dying on the beach. As for the lyrics, they were some stream of consciousness, a suite of remembrances and thoughts, and they included quotes from writers Don Delillo and Alan Watts. They were all about casting a cloud, and exploring sad themes like broken love relationships, personal failures, escape in writing, suicidal tendencies, and never-ending waits.

The works of Brad Hamers are very different from what most people mean by "hip-hop". And though, they still belong to that genre. The music isn't anything else than a collection of loop variations, though the samples are more frequently made of acoustic than funk guitars. And the MC never does anything else than rapping, though his declamatory tone is typically very close to spoken word. But still, it is different, and original, and leads to some kind of beauty not too frequent in rap music, except with similar-minded artists like, for example, Canada's soso.

Such was the case with the magnificent "Half World", a collection of visions on a repetitive guitar, which last words ("file, save"), suggested that they were just a computer file, before a light voice and synthesizer led the song to its anthological finale; same story with the superb "Cliff Notes", the last words of a guy about to jump from a cliff. And what about "Pickpocketed Memory Clip", "A Loose Brain Thread" and most of all, "One Bedroom Apt.", all as sumptuous? As was most of the record; one of the very best rap album of 2004, in a category of its very own.“

-----------------------------------

PopNews .COM (2006):

(French):
“Slug, Sole, Alias, Sage Francis… En introduisant massivement dans le rap la confession et l'exacerbation des sentiments, tous ces gens et une poignée d'autres ont depuis 8 ans, et avec plus ou moins de succès, opéré une petite révolution (ou un regrettable retour en arrière disent certains, pas mécontents que le hip hop ait autrefois extirpé le romantisme des musiques populaires). Il y a trois ans, avec un album au titre interminable (« One Night Stands with out of Tune Instruments in a Room with Blue Wallpaper »), une pochette façon Dali ou Tanguy et de longs morceaux tristes et intimes, le duo new-yorkais Phlegm était allé au bout de cette logique, il avait livré la version la plus extrême de ce rap profondément personnel fait d'états d'âme. L'album forçait à l'outrance sur le pathos, à coups de beats minimalistes et de tirades à n'en plus finir à mi-chemin entre poésie et psychothérapie. C'était trop, et pourtant, cela marchait, cela était beau, très touchant. Aujourd'hui, avec tout le recul nécessaire, ce disque mérite sans difficulté d'être qualifié de mini-classique underground.

Deux ans plus tard, en 2004, le rappeur de Phlegm remettait ça pour un album solo aussi long que le précédent, mais produit par ses seuls soins, hormis des interventions ponctuelles du compère Nobs, des Australiens de Just Like Us et de Slomoshun, l'autre moitié du duo. Intitulé « The Cut-Ups of a Paper Woman », ce disque s'est montré aussi excitant que le précédent, voire supérieur. Alors bien sûr, le changement est mineur, Brad Hamers force plus que jamais sur l'affect. Rythmes appuyés, instrumentation diaphane, samples ramollis, piano pesant, trompette jazzy lointaine et nostalgique, guitare acoustique triste, bruits des vagues sur la plage ou de goutte d'eau qui tombe, lenteur, langueur, longueur, tout ici est fait pour suggérer l'introspection, la gravité, l'accablement. Quant aux paroles, récitées plus que jamais sur le mode du monologue intérieur, succession ininterrompue d'associations d'idées et de vieux souvenirs parsemée de citations de Don Delillo ou d'Alan Watts, elles ne font que renforcer cette atmosphère lourde et ce parti pris arty. Il y est notamment question de relation amoureuse qui fout le camp, de naufrage personnel, de fuite dans l'écriture, d'envies de suicide, d'attente.

La musique de Brad Hamers est différente de ce que le commun entend par « hip-hop », pourtant, elle est hip hop. Jamais, les instrumentations ne sont autre chose qu'une variation subtile sur une boucle, fut-elle de guitare acoustique plutôt que de funk. Pas à un seul instant, le MC ne fait autre chose que rapper, sur un ton déclamatoire à rapprocher du spoken word. Pourtant, cela est inédit, cela aboutit à des morceaux d'une beauté rarement entendue, si ce n'est chez Soso et chez quelques marginaux rap de même acabit. Ainsi le magnifique « Half World », suite de visions sur fond de guitare acoustique répétitive, dont les derniers mots (« file, save ») laissent entendre qu'il s'agit d'un fichier Word, avant qu'une voix et une note de synthé légères ne surgissent pour une fin d'anthologie. Ainsi également le superbe « Cliff Notes », vidage de sac avant chute finale au pied d'une falaise. Et que dire de « Pickpocketed Memory Clip », de « A Loose Brain Thread » et surtout de « One Bedroom Apt. », sinon qu'ils sont aussi somptueux ? Comme la quasi-totalité de l'album, l'un des tous meilleurs de 2004, un disque qu'il était plus que temps de mentionner ici.”

------------------------------------


(drawing by Jennifer Griffo)